top of page

Fabrication du chapeau en feutre

Dernière mise à jour : 25 janv. 2023

Comment sont FABRIQUER les CHAPEAUX en feutre ?



La différence entre le feutre et les autres matières?


Même dans les grandes usines, la fabrication des chapeaux en feutre prend 7 semaines, car la conception de chapeaux est encore exclusivement artisanale.


Beaucoup de gens s’embrouillent sur le feutre : ils pensent que c'est un textile comme les autres. Et bien, c’est faux, le tissu et le feutre n'ont définitivement pas besoin du même procédé de fabrication. La différence entre la production de chapeaux en feutre et tous les autres tissus est qu'elle nécessite une grande quantité de courtes fibres animales, qui sont difficiles à utiliser en raison de leur tendance naturelle à "ramper" et de leur capacité à se tordre lorsqu'elles sont manipulées à haute température d’eau ou de vapeur.


Comme nous le savons tous, le feutre est un tissu résistant car les fibres qui le composent sont reliées à d'autres fibres dans toutes les directions. D'autres tissus sont faits de fibres, torsadées en fil et tissées à la main ou à la machine. Parce qu'ils sont tissés en biais ou en lignes parallèles, ils sont très fragiles et peuvent se déchirer le long de la ligne.



De quoi est composé le feutre?


Les chapeaux en feutre peuvent être élaborés à base de feutre de laine (à bas prix) ou en feutre de poil (prix onéreux suivant le poil). La fourrure de lapin est utilisée dans la majorité des chapeaux de fourrure. La Fourrure de lièvre est de meilleure qualité, elle est fréquemment (+/-) mélangée avec de la fourrure de lapin pour produire des chapeaux dans une gamme de prix plus accessible.


Le Beaver et le ragondin sont équivalents d'un chapeau de feutre de surchoix. La fourrure de rat musqué est également une matière première utilisée. Par "fourrure", on entend le duvet sous fourrure de ces animaux, et non les longs poils crépus usuellement appelés fourrure. C'est uniquement cette sous Fourrure, avec ses fibres emprisonnées, qui certifie la résistance du chapeau de feutre.


Comment est récoltée la fourrure utilisée pour fabriquer le feutre ?



Comment est récoltée la fourrure exploitée

pour réaliser le feutre ?


On soustrait le long poil en l’arrachant ou en le cisaillant. Pour une qualité supérieur, le sous-duvet restant est traité chimiquement pour enlever les barbes microscopiques.

Ensuite, la peau est enlevée du feutre. C’est une machine qui est conçue pour le prélèvement de la peau qui enlève le feutre et la découpe à l’aide de couteaux.


Une fois la fourrure extraite, celle-ci garde la forme de la peau. Sa qualité varie selon l'endroit où elle est coupée. Elle sera ensuite stockée dans un sac en papier (communément appelé « long de stock). Par contre, pour la garniture, ce type de fourrure est appelé « shortstock »



Comment est raffinée la fourrure ?


Une fois le sac de fourrure livré au fabricant de chapeau, plusieurs étapes de mélange et d'affinage sont nécessaires pour fabriquer des chapeaux. Après mélange, la fourrure devient grise chinée et la couleur d’origine est presque imperceptible.


La fourrure mixée est directement "soufflée", processus pour que la fourrure durcisse, l'air et la saleté sont éliminés. Ce matériau s’apparente à une fine couche de coton gris, doux, léger et moelleux.



Les étapes de fabrication d'un chapeau de feutre


Deux étapes principales dans la fabrication d'un chapeau de feutre.

Tout d'abord, la fourrure est transformée en un grand cône lâche, ce dernier est rétréci et mélangé dans le chapeau fini. La formation du cône est la clé d'un chapeau de feutre réussi.


Ce processus est effectué dans une machine spécifique. Visualisez un section tubulaire, et à l'intérieur, à l'étage, un cône de cuivre d'environ 1 mètre de haut, sommet dirigé vers le haut. Ce cône tourne lentement. Il est poinçonné, et un ventilateur d'extraction, placé en dessous, aspire le tout (air et fourrure), dans le compartiment, vers le cône.


Après le pré-pesage, la fourrure est aspirée par le ventilateur et déposée sur le cône du rouleau. Les fibres se déposent en couches délicats : elles peuvent être frottées avec les doigts. L'opérateur enroule délicatement ces fibres autour du cône et les plonge dans une bassine d'eau chaude pendant un court instant. C'est le début du feutrage : l'eau chaude rétrécit légèrement les fibres tissées dans une fine pellicule de feutre.


La couche de feutre est retirée du cône, puis sa taille est beaucoup plus grande que le chapeau fini. Il est très fragile et doit être manier avec beaucoup de précautions. Le feutre commence à rétrécir.


Le corps est plié, immergé dans l'eau chaude, et roulé sous pression. Quelques fois, il est ouvert, vérifié, et si tout le processus se répète correctement. Sous l'action conjuguée de l'eau chaude et de la pression, les fibres se contractent et se resserrent jusqu'à ce que le corps atteigne sa taille définitive. Il est si fermement feutré que les bras d’un homme musclé aura du mal à le séparer.


Ce travail est très difficile et rude, car il doit être exécuté rapidement pour éviter de flétrir et endommager le feutre. Les machines pourraient faciliter le travail, mais généralement, ces manipulations se font manuellement, en particulier au début de la phase critique lorsque le cône est grand et délicat. La machine utilisée est similaire à une machine à "tambour", telle qu'une grande essoreuse de machine à laver. Le défilement manuel est simulé mécaniquement : les corps sont enveloppés dans des draps et entraînés par des rouleaux trempés d'eau chaude.


Hormis la barbe ou la technique de fermeture de feutrage, il existe plusieurs techniques d'entrelacement et de plastique. Selon la théorie de l'entrelacement, sont rapprochées en raison d'une opération mécanique. La théorie de plastique avance que la fourrure devient temporairement plastique à des hausses de températures, ce qui représente la plus grande facilité bien connue de feutrage dans des solutions acides et la nécessité d'utiliser l'eau chaude. Il se peut qu'aucune théorie de feutrage ne puisse représenter l’ensemble des faits.


L'ébauche est obtenue par étirage : c'est-à-dire que la forme finie est obtenue en fermant les bords de la couronne et de la jante. L'étirement de la couronne se fait sur la machine où est placé le cône, et étiré par des doigts métalliques. Les doigts "pressent" la pointe du cône et


Une ébauche est obtenue par étirage - forme terminée en cadenassant la couronne et fermant les bords. L' étirement de la couronne se fait sur une machine où le cône est placé, et étiré par des doigts métalliques. Les doigts pressent et massent le sommet du cône, et introduisent le feutre dans le cadre.


La forme du chapeau en feutre est estampillée en le mouillant et en le tirant sur un bloc de bois. La forme finale est durcie à la vapeur et au fer à repasser. Le bois du bloc est issu du peuplier américain, car il n'a pas d’aspérité ni de sillon. Une fois que le cône est pressé sur le bois, il n’y aura aucune trace sur celui-ci.


Le bloc original est fabriqué à la main puis copié par la machine. Le fabricant de chapeaux doit non seulement préparer un ensemble de blocs pour chaque style de chapeau, mais également un ensemble de blocs pour chaque texture.


L'ajustement de la visière du chapeau s'appelle flanger.. Les bords sont repassés et coupés à la largeur désirées. Gondolés et déposés sur un support en bois, l’opération est répétée une deuxième fois et pour terminer séchés et pressés en les laissant sur le guide.


Entre la confection du corps et la forme définitive du chapeau, le chapeau en feutre a subi de multiples traitements. Il est teint, et ce travail délicat est généralement réalisé dans les premiers étapes du feutrage. Les bords sont imprégnés d'une quantité appropriée de renfort en gomme laque pour les maintenir en place.


En fonction de la finesse recherchée, l’ensemble du feutre est frotté plusieurs fois avec du papier de verre.


Enfin, le chapeau de feutre est soigneusement coupé, doublé et cousu en cuir à la bande.


Par conséquent, la production de chapeaux de feutre est une suite d’opérations lentes et méticuleuses, nécessitant une cinquantaine d'étapes. C'est pourquoi il faut approximativement sept semaines pour fabriquer un chapeau. Les chapeliers transmettent ce procédé de fabrication de génération en génération, avec le plus grand secret, en employant le bon fonctionnement des machines et les gestes manuels qui détermine la qualité du produit fini.





240 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page